Habiter la ruine

Reconversion d’un ancien bâtiment agricole en maison individuelle

Reconversion d’un ancien bâtiment agricole en maison individuelle comprenant la restauration de la partie ancienne en maçonnerie de pierre, restructuration des espaces et surélévation en bois.

Maître d’ouvrage : Privé

Localisation : Sainte-Anne-Sur-Brivet

Coût : 310 000 euros HT

Surface habitable : 250 m²

Livraison : Juillet 2014

Matériaux utilisés : Extension en ossature bois, isolation mixte en laine de bois et laine de verre, bardage extérieur en mélèze à claire-voie non traité, brise-soleils en bois, menuiseries aluminium gris anthracite, enduit de la maçonnerie en chaux hydraulique.

Système de chauffage : Plancher chauffant au RDC et R+1 avec géothermie verticale.

Préoccupations énergétiques et environnementales : Production de chauffage et d’eau chaude sanitaire par géothermie verticale / Ventilation Double flux / emploi de matériaux écologiques / Traitement des façades : la façade Sud est largement vitrée avec un débord de toiture pour permettre une protection solaire efficace. De grands volets coulissants ajourés protègent du soleil rasant de l'été. Les autres façades sont traitées les plus opaques possibles pour éviter les déperditions thermiques.

Caractéristiques du projet :
A l’origine de ce projet, un vrai coup du cœur du maitre d’ouvrage pour le site : un terrain de 8 hectares en pleine nature en périphérie du bourg de Sainte-Anne-Sur-Brivet en Loire Atlantique. Sur ce terrain, des ruines en pierre de 180 m² et une dépendance de 100 m².
Les contraintes du site sont fortes : le Certificat d’Urbanisme impose de conserver un maximum de murs existants, ainsi que la volumétrie et l'architecture globale du bâtiment (zone agricole). Aucune extension n'est possible. Aucune déconstruction/reconstruction n’est envisageable. Il faut composer avec l’emprise au sol et la vétusté des murs.
La volumétrie du bâti se devine : un corps principal au centre sur deux niveaux avec un toit à deux pentes et deux appentis accolés de part et d’autre en monopente, telle une grange de type «traditionnelle» accompagnée de ses bâtiments annexes agricoles pouvant s'apparenter à de grands cabanons ou petits hangars.
Le Certificat d’Urbanisme n’impose pas une reconstruction à l’identique : le choix du bois pour « compléter » le volume existant et ainsi lier les bâtiments existants en un ensemble cohérent est apparu comme une évidence.

Mutualiser l’espace, diversifier par la couleur

Maisons passives groupées

À mi-chemin entre la maison individuelle et le logement collectif, j'ai opté pour une approche respectant la personnalité et l'individualité tout en mettant à disposition un espace collectif à partager.

Maître d’ouvrage : Parc naturel régional Loire Anjou Touraine (concours d’idée)

Localisation : Gizeux (49)

Coût : 1 250 € HT/m²

Surface habitable : 1 250 m² (6 maisons de type T2 au T4 + espaces mutualisés)

Matériaux utilisés : Construction en ossature bois, bardage extérieur en bois naturel et plaques de contreplaqués de différentes couleurs, menuiseries aluminium gris anthracite.

Système de chauffage : Chaudière collective au bois-énergie

Préoccupations énergétiques et environnementales : Panneaux solaires/ Apport solaire passif / Ventilation Double flux/ Isolation en laine de bois

Caractéristiques du projet :
L’opération urbaine et architecturale vise, d’une part, un objectif de performance énergétique et d’autre part, un objectif de composition associant patrimoine et modernité.
La démarche retenue repose essentiellement sur trois points : valoriser le patrimoine existant, mutualiser l’espace à partager, tout en permettant le maintien d’une intimité de la cellule familiale au sein du projet.
Le projet s’articule autour d’une place publique, d’un équipement culturel ou de locaux d’activités (bibliothèque intercommunale) et de lieux de vie partagés (salle de convivialité, studio / chambre d’amis, garages, buanderie, potager, jardin). Les détails des finitions personnalisent chaque habitat (motifs de bardages, choix des couleurs). La position de baies vitrées sur chaque jardin orienté Ouest assure une transparence à l’intérieur du bâti. Toutes les pièces bénéficient de lumière extérieure naturelle.

Entre passé et présent...

L’aménagement intérieur consiste à restructurer une maison de la fin du XIXème siècle en intégrant une écriture résolument contemporaine sans galvauder l’identité de la maison ancienne…

Pour cela, les menuiseries en bois de la partie ancienne ont été remplacées à l’identique (même proportion), des volets en bois intérieurs à battants sont crées selon le dessin d’origine, des murs intérieurs en pierre apparente sont mis à nus, et dans les chambres, les rosaces d’origine sont conservées et mises en valeur, malgré la création d’un faux plafond permettant l’isolation et le passage de gaines techniques.

Par ailleurs, l’escalier d’origine en bois est conservé, et peint en gris pour un aspect contemporain.

La création de mobilier permet d’apporter de nouvelles matières et des couleurs actuelles.

Comme un hangar

Logement de fonction au cœur d’un terrain agricole

Pour ce projet alliant exigences bioclimatiques et codes esthétiques propres aux activités agricoles, j'ai accompagné ce couple de maraîchers dans leur quête d'un habitat authentique et sain, en auto-construction.

Maître d’ouvrage : Privé

Localisation : La Mézières (35)

Coût : 120 000 € TTC (estimation en auto construction)

Surface habitable : 140 m²

Livraison : En cours d’étude

Matériaux utilisés : Construction en ossature bois, bardage extérieur en bois naturel et non traité (douglas), et bac acier, menuiseries aluminium gris anthracite, couverture en bac acier et seconde peau en polycarbonate

Système de chauffage : Chauffage au gaz / Poêle de masse.

Préoccupations énergétiques et environnementales : Panneaux solaires / Apport solaire passif / Isolation en paille.

Caractéristiques du projet :
Ce logement de fonction pour un couple de maraîchers est conçu tel un hangar ; Les matériaux sont choisis comme une réponse évidente à ce langage de hangar : une ossature apparente en bois, un bardage en bois, une couverture et un bardage en bac acier, un bardage de panneaux de polycarbonate ondulé en façade et en toiture.
Le projet répond par ailleurs, à des exigences bioclimatiques. La façade sud est généreusement ouverte sur le jardin, et transparente. La coursive génère une zone d’ombre afin d’éviter les surchauffes d’été. Le polycarbonate en bardage « seconde peau » permet de laisser pénétrer la lumière à l’étage, et crée un espace tampon, un jardin d’hiver. Au nord, la façade est plus opaque, ne comprenant que la porte d’entrée.
Au diapason du bâtiment, l’agencement intérieur est très simple : le moins de cloisons et de portes possibles, pour rendre l’espace fluide. A l’étage, une galerie distribue les chambres. Un balcon accessible depuis les chambres est aménagé sur le vide du jardin d’hiver. Le garde-corps est métallique et de couleur noire.

En trois volumes

Maison individuelle de plain pied (accessible PMR)

La recherche du confort, de la compacité et d'une forme de modularité a guidé mes pas dans la conception de cette maison à vivre évolutive.

Maître d’ouvrage : Privé

Localisation : Tregunc (29)

Coût : 180 000 € HT (estimation)

Surface habitable : 125 m²

Livraison : En cours d’étude

Matériaux utilisés : Construction en ossature bois, bardage extérieur en bois noir teinté à l’huile de lin, menuiseries aluminium gris anthracite, couverture en zinc et étanchéité.

Système de chauffage : Plancher chauffant / géothermie

Préoccupations énergétiques et environnementales : Isolation en laine de bois, menuiseries intérieures en Fermacel.

Caractéristiques du projet :
Cette maison offre un dialogue entre différents volumes qui permet de dissocier les unités de vie adaptées aux usages. Au centre, le volume principal (dont la hauteur atteint au point le plus haut 4,70 mètres) permet d’accueillir le salon, largement ouvert sur le jardin et vitré au sud.
De part et d’autre, deux autres volumes distincts abritent pour l’un, l’espace nuit, pour l’autre l’espace « laboratoire » technique (cuisine, cellier, garage) en liaison direct avec le lieu de vie principal.
Par ailleurs, à la demande des maîtres d'ouvrage, la maison est de plain pied accessible aux personnes à mobilité réduite.

Loft dans une maison bourgeoise

Restructuration, extension et surélévation d’une maison individuelle à Rennes

Au cœur du périmètre historique de Rennes, alliance de tradition et de modernité, ce projet suppose un défi technique et structurel.
L'objectif est d'offrir un lieu de vie sain et aéré, confortable et respectueux de l'environnement en milieu urbain.

Crédits photo : Michel Ogier

Maître d’ouvrage : Privé

Localisation : Hyper Centre de Rennes / périmètre historique (35)

Coût : 230 000 euros TTC (avec une partie en auto-construction)

Surface habitable : 235 m²

Livraison : Juillet 2011

Matériaux utilisés : Extension et surélévation en ossature bois, isolation en laine de bois, bardage extérieur en mélèze à claire-voie non traité, des panneaux stratifiés de couleur rouge brique et zinc quartz, menuiseries aluminium gris anthracite.

Système de chauffage : Plancher chauffant au RDC / Radiateurs en fonte d’origine récupérés / chaudière gaz à condensation.

Préoccupations énergétiques et environnementales : Isolation renforcée / Ventilation Double flux / emploi de matériaux écologiques.

Caractéristiques du projet :
La maison d’origine (1885) a conservé son identité : des menuiseries bois, des volets intérieurs à battants, des murs intérieurs en pierre apparente, des façades en pierre de schistes au nord et enduit à la chaux au sud.
L’extension et la surélévation se caractérisent par une écriture volontairement contemporaine : l’alliance du bois, du verre et du métal rend le volume plus aérien et léger en combinant les vides et les pleins créés par transparence.
A l’intérieur, les cloisons sont abattues, et les murs porteurs ouverts et repris par des poutres IPN, volontairement conservées apparentes. Les circulations sont fluides et les espaces ouverts. Une trémie est créée plaçant la cuisine au cœur de la maison, lieu de vie principal, de partage et de convivialité. Le salon, bordé par une longue bibliothèque et un poêle, est sur la mezzanine, conçu comme un lieu plus retiré et cosy.
Par ailleurs, le projet vise la performance énergétique du label BBC Rénovation.

Vu dans la presse

Changer dans la continuité

Restructuration d’une maison de ville et création de mobilier

Créer de l'espace dans de l'ancien, moderniser et aérer les volumes intérieurs, et opérer des changements sans bouleverser l'identité de l'habitat ; voilà les partis-pris de ce projet.

Maître d’ouvrage : privé

Localisation : Rennes (35)

Coût : 115 000 euros HT

Surface habitable : 180 m²

Livraison : Juillet 2011

Système de chauffage : gaz + poêle à bois

Préoccupations énergétiques et environnementales : Isolation en laine de chanvre / plaques de Fermacel / menuiseries à isolation renforcée en bois (chêne) / ventilation Double flux.

Caractéristiques du projet :
Le projet consiste à agrandir l'espace de vie principal d'une maison ancienne par la démolition de cloisons et l'ouverture de murs porteurs, tout en respectant et en conservant le bâti existant.
Ceci a pu être possible par la création de soubassements et moulures dans la continuité de l'existant, comme si aucune intervention n'avait eu lieu.
Par ailleurs, du mobilier contemporain et fonctionnel est intégré au projet.

Atelier d’artiste sur jardin

Extension d’une maison individuelle

Utiliser la lumière du bord de mer comme inspiration, se plonger dans une ambiance créative et authentique pour cette pièce à vivre et à créer.

Maître d’ouvrage : privé

Localisation : Hirel (35)

Coût : 60 000 € HT (estimation)

Surface habitable (extension) : 52 m²

Livraison : Etude en cours

Matériaux utilisés : Construction en ossature bois / isolation en laine de bois / menuiseries en acier / couverture en Zinc / bardage en lames de châtaignier (non traité)

Caractéristiques du projet : L’extension est composée de deux volumes qui se répondent. L’un comprend un atelier à vivre ; L’autre a la fonction d’une chambre et d’une petite pièce d’eau.
Les matériaux sont choisis selon des critères de légèreté et de modernité : une ossature bois en continuité avec l’existant. La façade de l’atelier est composée d’une modénature de châssis fixes et ouvrants, avec ou sans soubassements, en acier noir, tel un atelier d’artiste authentique.